Avis de recrutement : 08 Personnels de l’Unité de Coordination du Projet UCP VIVA BENOUE

Avis de recrutement : 08 Personnels de l’Unité de Coordination du Projet UCP VIVA BENOUE

Avis de recrutement : 08 Personnels de l’Unité de Coordination du Projet UCP VIVA BENOUE


PHASE PREPARATOIRE DU PROJET D’AMENAGEMENT ET DE VALORISATION DES INVESTISSEMENTS DE LA VALLEE DE LA BENOUE (VIVA-BENOUE)

APPEL A MANIFESTATIONS D’INTERET N° 121/AMI/MINEPAT/SEMRY/PULCI/RAF/SPM/2020 du 12 juin 2020 Pour le recrutement 

1/ d’un Coordonnateur
2/ d’un Spécialiste en Suivi-Evaluation
3/ d’un Spécialiste en Communication
4/ d’un Juriste
5/ d’un Spécialiste des Questions Environnementales
6/ d’un Spécialiste des Questions Sociales
7/ d’un Spécialiste en Genre
8/ d’un Comptable au sein de l’Unité de Coordination du Projet (UCP) VIVA BENOUE (N° d’identification du Projet : PN66072)

Le Gouvernement de la République du Cameroun envisage de mettre en œuvre un projet d’aménagement et de valorisation des investissements dans la vallée de la Bénoué avec l’appui de la Banque mondiale. Ledit projet a pour objectif de promouvoir des services d’irrigation et de drainage durables et d’améliorer la production agricole dans les zones irriguées de la vallée de la Bénoué. Le projet ambitionne de renforcer la résilience des populations rurales dans la vallée de la Bénoué, à travers l’amélioration de la productivité agricole et l’augmentation de la production les périmètres irrigués de Lagdo. Cet objectif pourra être atteint grâce à une exploitation optimale de l’aménagement hydro-agricole d’environ 11 000 ha qui sera mis à leur disposition et par l’amélioration de la gestion technicoéconomique des terres de la vallée de la Bénoué.
A cet effet, une partie des crédits de l’Association Internationale de Développement (IDA) pour le financement dudit Projet sera utilisée pour effectuer les paiements au titre des prestations objets des contrats du Coordonnateur, du Spécialiste en Suivi-Evaluation, du Spécialiste en Communication, du Juriste, du Spécialiste des Questions Environnementales, du Spécialiste des Questions Sociales, du Spécialiste en Genre et du Comptable du Projet VIVA BENOUE.
Il est porté à l’attention des Candidats que les dispositions des paragraphes 3.14, 3.16 et 3.17 de la Section III du « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement des Projets d’Investissement (FPI), édition publiée le 1er juillet 2016, révisée en novembre 2017 et en août 2018 » relatives aux règles de la Banque mondiale en matière de conflit d’intérêts sont applicables. Ce Règlement est disponible à l’adresse web suivante : www.worldbank.org/procurement.

Description des tâches et profils requis par poste

La description des tâches et les profils requis des candidats sont présentés ci-dessous :

5/ POSTE 1 : COORDONNATEUR 

5. 1. NATURE, ETENDUE DES SERVICES ET DES MISSIONS DU COORDONNATEUR

5.1.1/ Rôle et Responsabilités : Le Coordonnateur du projet a la responsabilité opérationnelle du projet, dans ses composantes administratives, financières, humaines, matérielles et organisationnelles. Il apporte un accompagnement et soutien de grande proximité aux partenaires locaux dans la bonne mise en œuvre des activités. Il centralise les rapports d’activité du projet et les soumet au bailleur de fonds et au Gouvernement. 5.1.2/ Gestion d’équipe : Manage l’équipe des Experts ; supervise les processus de recrutement du personnel ; assure la mise en place des briefings et débriefings (contexte, sécurité, contenu des projets, etc.) ; Facilite et motive la communication à l’intérieur de l’équipe.

5.1.3/ Gestion, supervision et suivi des projets : Coordonne l'élaboration et la mise en œuvre de la stratégie du projet ; Supervise la planification et la gestion des activités ; Accompagne et soutien les partenaires dans la bonne mise en œuvre des activités selon les descriptifs de projet et les chronogrammes d’activités ; S’assure de la mise en place d’outils de monitoring avec indicateurs. En dialogue avec la Banque mondiale (BM), il identifie et met en œuvre des actions de plaidoyer sous la supervision du Maître d’ouvrage ; Il élabore, avec les responsables des composantes, les termes de référence de toutes les missions internes et externes sur le terrain.

5.1.4/ Gestion administrative et financière : Gère les risques institutionnels et les risques financiers ; Formalise le budget de référence du pays et la révision annuelle du budget de coordination ; Participe à l’élaboration et au suivi des budgets de projet déposés auprès des bailleurs de fonds ; Supervise la gestion administrative et financière de la mission et des projets ; Engage, ordonne et liquide les dépenses liées à la mise en œuvre du Projet ; Veille à l’inscription dans le budget d’investissement public (BIP) des fonds de contrepartie ; Signe les engagements financiers ; Signe les contrats du personnel permanent et du personnel d’appui au nom du MINEPAT; Signe tous les contrats de passation de marchés sous le seuil de compétence de la Commission Spéciale de Passation des Marchés du Projet.

5.1.5/ Représentation et coordination avec les autorités nationales et internationales, les partenaires, les représentations locales des bailleurs de fonds : Assure la coordination avec les principaux acteurs intervenant dans les mêmes zones et participe aux réunions de coordination générale ou sectorielle ; Assure le lien avec les autorités concernées par les projets ; Représente le Projet auprès des bailleurs de fonds actuels et est responsable de l’identification des bailleurs de fonds potentiels.

5.1.6/ Rapports : Supervise et valide l’élaboration des rapports dus aux autorités, aux partenaires et aux bailleurs de fonds ; Supervise l’élaboration des propositions de projets et en valide le contenu, tant sur les activités que sur le budget ; S’assure de la qualité du contenu et la forme de tous les rapports soumis à la Banque mondiale (BM) ou au Gouvernement.

5.1.7/ Gestion de la sécurité de l’équipe : Assure de façon continue une veille sectorielle ; Supervise la mise en place des procédures de gestion de la sécurité (Règles de sécurité, guides, etc.) et en assure le respect.


5.2. QUALIFICATIONS ET EXPERIENCE PROFESSIONNELLE REQUISES POUR LE COORDONNATEUR

Etre titulaire d’un diplôme universitaire (BAC+5) en génie rural, en agronomie, en agroéconomie, en Génie

Civil, en management des projets ou tout autre diplôme reconnu équivalent et en rapport avec le projet ;
Une spécialisation en gestion des projets serait un atout ;
Avoir une expérience professionnelle d’au moins quinze (15) ans dans la mise en œuvre des projets et programmes de développement rural. Une expérience dans le secteur de l’aménagement des périmètres hydro-agricoles serait un atout ;
Avoir coordonné des projets du secteur du développement rural et/ou occupé des hautes fonctions (au moins rang de Sous-Directeur de l'administration) pendant au moins cinq (05) ans dans ce secteur ;
Avoir une expérience avérée dans la préparation et/ou la supervision, la mise en œuvre ou l’évaluation des projets et programmes du secteur rural ;
Avoir une connaissance pratique des procédures des Bailleurs de Fonds en général ; Une bonne connaissance des procédures de la Banque mondiale en particulier serait un atout ;
Avoir une bonne connaissance de la politique nationale de développement du secteur de l’agriculture ;
Avoir une excellente capacité de leadership et de gestion des équipes pluridisciplinaires et multiculturelles ;
Etre capable de développer des relations constructives et durables entre le Gouvernement et les Partenaires Techniques et Financiers ;
Avoir une bonne expérience générale des contrats, assorti d’une connaissance et d’une compréhension suffisantes des procédures de passation des marchés nationaux et de la Banque Mondiale ;
Avoir une expérience confirmée au niveau national ou international en matière de coordination et de mise en œuvre d’au moins un projet multi acteur serait un atout.
Être capable de travailler efficacement sous pression ;
Avoir une bonne connaissance de l’environnement informatique de base (Word, Excel, PowerPoint) et des outils de messagerie et internet. Une connaissance des logiciels de gestion des projets notamment le MS Project et de SIG serait un atout ;
Avoir une bonne capacité de communication écrite et orale en français et/ou en anglais.

5.3. DUREE DU CONTRAT DU COORDONNATEUR

Le contrat qui aura une durée de deux ans, éventuellement renouvelable sur la durée du projet suivant les clauses y relatives, sera conclu avec le Maître d’Ouvrage ou son représentant. Le renouvellement du contrat ne pourra intervenir que si les états de service sont satisfaisants pour le Maître d'Ouvrage et la Banque Mondiale. 


5.4. CRITERES DE PERFORMANCE ET EVALUATION DU COORDONNATEUR

L’évaluation de la performance du Coordonnateur se fera annuellement sur la base d’un contrat de performance incluant des indicateurs de résultats prédéterminés et ce, à partir du sixième mois après la notification de démarrage et vers la fin de la période contractuelle.


6/ POSTE 2 : SPÉCIALISTE SUIVI-EVALUATION

6.1. / NATURE, ETENDUE DES SERVICES ET DES MISSIONS DU SPÉCIALISTE EN SUIVI-EVALUATION

Placé sous l’autorité du Coordonnateur du Projet, et tout en collaborant avec les autres Spécialistes du projet, il est chargé de synthétiser l’avancement du projet en tenant compte des questions financières, de passation des marchés, de sauvegardes et techniques ; le tout sous le cadre des résultats du projet. Ses principales responsabilités sont :
  • concevoir et superviser la mise en place du système de suivi-évaluation du Projet axé sur les résultats ;
  • s’assurer de la fiabilité du fonctionnement du système, en particulier en utilisant le système de suivi à distance GEMS ;
  • élaborer les rapports d’activités et des indicateurs du projet, avec une périodicité trimestrielle, semestrielle et annuelle ;
  • exploiter et diffuser l’information sur les performances, le déploiement spatial et l’impact du projet ;
  • faciliter les missions d’audit externe sur le respect des procédures et les réalisations techniques du projet, autant dans le plan organisationnel que pour l’accès à l’information ;
  • préparer les missions conjointes de supervision avec les différents acteurs et les partenaires au développement ;
  • contribuer à la planification des activités en vue de l’élaboration du plan d’action et du budget annuel ;
  • assurer le suivi-évaluation de l’ensemble des activités du Projet ;
  • assurer la mise en place et l’entretien du système de stockage et traitement de l’information (stockage des données physiques, stockage des données virtuelles, mécanismes de diffusion de l’information de suivi-évaluation) / système de rapportage, système de communication avec les acteurs du Projet et le grand public.
Description des tâches : 
  • Finaliser et faire adopter le Manuel de suivi-évaluation ;
  • Préparer le plan de suivi-évaluation ;
  • Analyser, synchroniser et consolider les données informatiques du projet ;
  • Participer et contribuer avec son expertise à la planification stratégique et à l’élaboration des programmes d’actions des différentes composantes du Projet ;
  • Assurer la formation du personnel sur le système et les outils de suivi-évaluation ;
  • Développer une méthode standard de visualisation des activités du projet (Cartes/expansion géographique). Inclura l’utilisation extensive du système GEMS qui permet le suivi à distance ;
  • Assurer en étroite collaboration avec le RAF (Responsable Administratif et Financier), le suivi de l’exécution du Programme technique et du Budget Annuel (PTBA);
  • Elaborer les rapports d’activités / ateliers ;
  • Assurer de façon systématique et sur une base mensuelle, l’analyse et l’interprétation des écarts entre prévisions et réalisations par référence au PTBA approuvé ;
  • Identifier les risques liés au démarrage et à la mise en œuvre des activités du projet, et proposer les mesures correctrices et les alternatives ;
  • Constituer une base de données sur le projet et assurer la sauvegarde et l’archivage des documents ;
  • Mettre à jour la base des données ;
  • Assurer l’archivage des documents du projet ;
  • Contribuer à la diffusion d’information sur la performance, les résultats et les effets obtenus avec le projet ;
  • Contribuer à la production des publications, rapports périodiques ou autres en collaboration avec le spécialiste chargé de la diffusion et le Coordonnateur.
  • Mettre à la disposition du Coordonnateur toutes les informations d’aide à la décision.
6.2. QUALIFICATIONS ET EXPERIENCE REQUISES POUR LE SPÉCIALISTE EN SUIVI-EVALUATION

  • être titulaire d’un diplôme supérieur de niveau Master II au moins (Bac+5) en Suivi-évaluation des projets et programmes, Statistique, Economie, management des projets, Génie Civil, Génie Rural, Agroéconomiste ou tout autre domaine équivalent. En plus du diplôme universitaire, un certificat en Suivi-évaluation serait un atout ;
  • justifier d’une bonne formation et expérience d’au moins 5 ans en conception d’outils de collecte et analyse des données qualitatives et quantitatives ;
  • posséder des compétences dans l’utilisation des applications bureautiques (WinWord, Excel, Power point, Access) ;
  • justifier d’au moins une expérience dans la conception et la mise en place de systèmes de capitalisation des connaissances ;
  • avoir une expérience d’au moins cinq (5) ans dans le Suivi-Évaluation des Projets et Programmes financés par les Bailleurs de Fonds. Une expérience dans un projet financé par la Banque mondiale, la BID ou la BAD serait un atout ;
  • avoir expérience en préparation de rapports ;
  • avoir un esprit d’équipe ;
  • justifier d’une parfaite connaissance d’au moins un des logiciels de gestion des projets : TECPRO,

SESAME, TOM2 MONITORING, Ms Project ; la connaissance et expérience avec des outils tels que GEMS serait un atout ;
être capable de travailler efficacement sous pression.

6.3. / DUREE DU CONTRAT DU SPÉCIALISTE EN SUIVI-EVALUATION
La durée du contrat sera de deux (02) ans éventuellement renouvelables sur la durée du projet. Le renouvellement ne pourra intervenir que si les états de service sont satisfaisants pour le projet et pour la Banque Mondiale. 

6.4. / CRITERES DE PERFORMANCE ET EVALUATION DU SPÉCIALISTE EN SUIVI-EVALUATION

L’évaluation de la performance du Spécialiste en Suivi-Évaluation se fera annuellement sur la base d’un contrat de performance incluant des indicateurs de résultats prédéterminés ; et ce, à partir du sixième mois après la notification de démarrage et vers la fin de la période contractuelle.


7/ POSTE 3 : SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION 
7.1. / NATURE, ETENDUE DES SERVICES ET DES MISSIONS DU SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION 

Placé sous l’autorité du Coordonnateur du Projet, et tout en collaborant avec les autres Spécialistes du projet, le spécialiste en communication est chargé de suivre et soutenir la mise en œuvre du Projet VIVA-Bénoué dans sa globalité, en promouvant une forte adhésion de l’ensemble des parties prenantes et des bénéficiaires, et en assurant la visibilité des progrès réalisés en lien avec les objectifs fixés. Ses principales missions sont :
  • Élaborer et mettre en œuvre la stratégie de communication pour le Projet ;
  • Élaborer un Plan d’actions pour soutenir sa mise en œuvre ;
  • Assister l’Unité de Coordination du projet dans l’exécution de ce plan d’actions ;
  • Assurer le renforcement des capacités de la Cellule de Communication de la MEADEN ;
  • Assurer la communication interne du projet ;
  • Assurer la communication externe du projet ;
  • Faire le plaidoyer auprès des autorités locales, administratives, traditionnelles et religieuses et de la société civile, pour faciliter l’exécution du Projet et l’adoption des mesures systémiques y afférentes.
Description des tâches : 
  • Élaborer et assister à la mise en œuvre d’une Stratégie de communication ;
  • Développer un Plan de communication pour appuyer la mise en œuvre de la Stratégie de communication ;
  • Concevoir des outils et produits de communication ;
  • Organiser et coordonner les activités de communication ;
  • Établir et maintenir une bonne relation avec la presse, la société civile, et d’autres groupes d’acteurs pour assurer une image positive et objective du Projet auprès du grand public ;
  • Suivre les productions média (articles de presse, etc..) sur le Projet pour informer l’UCP et sur la perception autour des actions du Projet, les aviser de toute action à entreprendre pour anticiper tout risque de mauvaise perception et/ou corriger celles-ci.
  • Fournir une expertise et des conseils techniques en communication à l’équipe du Projet dans le cadre de la mise en œuvre du Projet.

7.2. / QUALIFICATIONS ET EXPERIENCE REQUISES POUR LE SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION 
Le Spécialiste en communication doit avoir les qualifications et expériences suivantes : 
  • Avoir un diplôme supérieur de niveau Master II au moins (BAC + 5) en communication, journalisme, relations publiques communication ou tout autre diplôme équivalent ;
  • Avoir au moins cinq (05) ans d’expérience dans le domaine de la communication ;
  • Avoir une expérience dans le développement des produits de communication, et savoir utiliser certains équipements (appareil photo ; caméra vidéo ; réseaux sociaux, etc.) ;
  • Expérience de travail avec les institutions gouvernementales et les organisations internationales serait un atout ;
  • Avoir une bonne capacité de communication écrite et orale en français et/ou en anglais ; - Être apte à collaborer avec les membres d’une équipe, et à travailler sous pression ; - Avoir de très bonnes relations inter et intra professionnelles.

7.3. / DUREE DU CONTRAT DU SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION 

La durée du contrat sera de deux (02) ans éventuellement renouvelables sur la durée du projet. Le renouvellement ne pourra intervenir que si les états de service sont satisfaisants pour le projet et pour la Banque Mondiale. 

7.4. / CRITERES DE PERFORMANCE ET EVALUATION DU SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION 

L’évaluation de la performance du Spécialiste en Communication se fera annuellement sur la base d’un contrat de performance incluant des indicateurs de résultats prédéterminés ; et ce, à partir du sixième mois après la notification de démarrage et vers la fin de la période contractuelle.

8/ POSTE 4 : JURISTE

8.1/ NATURE, ETENDUE DES SERVICES ET DES MISSIONS DU JURISTE

  • Placé sous l’autorité du Coordonnateur du Projet, le Juriste est chargé de :
  • Elaborer les statuts et les règlements intérieurs des Associations des Usagers de l’Eau (AUE) ;
  • Former les AUE sur les aspects juridiques ;
  • Participer à la mise en place des AUE et s’assurer de leur opérationnalisation ;
  • Accompagner sur le plan juridique les AUE et les coopératives ;
  • Participer à l’élaboration d’un mécanisme d’attribution des terres ; participer à l’élaboration du cahier des charges des exploitants des périmètres (rive gauche et rive droite) ;
  • Participer à la mise en place d’un mécanisme fonctionnel de gestion des plaintes ;
  • Participer à l’élaboration des diverses conventions de partenariat ;  Participer dans la surveillance des AUE du point de vue juridique ;  Exécuter toute autre tâche à lui confiée par le Coordonnateur du Projet.

8.2/ QUALIFICATIONS ET EXPERIENCE REQUISES POUR LE JURISTE

Le Juriste doit avoir les qualifications et expériences suivantes : 
  • Etre titulaire d’un diplôme universitaire (au moins Bac+5) en droit en général. Une expérience en droit des affaires serait un atout ;
  • Justifier d’une bonne expérience d’au moins cinq (05) ans dans la conception, l’élaboration et la mise en œuvre des documents juridiques ;
  • Justifier d’une expérience d’au moins trois (03) ans dans l'élaboration des projets de lois et règlements dans le domaine économique et/ou rural (Commerce, industrie, agriculture, élevage, environnement, forêt, mines, gaz, pharmacie, etc.) ;
  • Avoir des connaissances du droit national et international pertinentes ;
  • Une expérience dans les projets de développement financés par les bailleurs de fonds, et en particulier dans les projets financés par la Banque mondiale, serait un atout ;
  • Une bonne connaissance des textes en vigueur régissant les associations et les activités agricoles et une expérience dans la gestion de l’irrigation seraient un atout ;
  • Avoir un esprit d’équipe ;
  • Etre capable de travailler efficacement sous pression

8.3/ DUREE DU CONTRAT DU JURISTE

La durée du contrat sera de deux (02) ans éventuellement renouvelables sur la durée du projet. Le renouvellement ne pourra intervenir que si les états de service sont satisfaisants pour le projet et pour la Banque Mondiale. 

8.4/ CRITERES DE PERFORMANCE ET EVALUATION DU JURISTE 

L’évaluation de la performance du Juriste se fera annuellement sur la base d’un contrat de performance incluant des indicateurs de résultats prédétermines ; et ce, à partir du sixième mois après la notification de démarrage et vers la fin de la période contractuelle.

9/ POSTE 5 : SPECIALISTE DES QUESTIONS ENVIRONNEMENTALES


9.1/ NATURE, ETENDUE DES SERVICES ET DES MISSIONS DU SPECIALISTE DES QUESTIONS ENVIRONNE-MENTALES 

Placé(e) sous la supervision du Coordonnateur de l’Unité de Coordination du Projet, le Spécialiste des questions Environnementales est responsable de la bonne exécution des mesures de sauvegarde environnementale telles que prévues dans le Document d’Évaluation du Projet. 

A cet effet, il est chargé :
  • De l’évaluation environnementale stratégique ;
  • Du reporting, du suivi-évaluation et de l’archivage ; - De la communication et du renforcement des capacités :
  • De la surveillance et du suivi environnemental ;
  • De la planification et de la coordination des diligences environnementales.

Description des tâches :
Evaluation environnementale stratégique :
Assurer le suivi et l'intégration de la dimension environnementale et sanitaire (zoonoses) dans le

Plan directeur d’aménagement du bassin de la Bénoué et de la stratégie sectorielle ;
Assurer le suivi technique de l`Evaluation Stratégique Environnementale financée dans le cadre du Projet.

Reporting, suivi-évaluation et archivage :
  • Contribuer à la collecte des données concernant le suivi-évaluation des activités de gestion environnementale du Projet ;
  • Coordonner l’élaboration des indicateurs environnementaux. C’est une tâche qui exige la mobilisation de plusieurs parties prenantes et doit être participative ;
  • Produire les rapports spécifiques et des rapports d’activités mensuels (projet) et trimestriels (Banque mondiale) ;
  • Produire les différents rapports d’activités du Projet en ce qui concerne la surveillance et le suivi environnemental du Projet ;
  • Produire tout rapport particulier en matière de gestion environnementale, demandé par le Coordonnateur du Projet ;
  • Mettre en place un système d’archivage (physique et numérique) des informations environnementales du projet.
Communication et renforcement des capacités :
  • Participer à l’élaboration et la mise en œuvre du Plan / stratégie de communication du projet avec la promotion des bonnes pratiques environnementales ;
  • Sensibiliser et former au travers des ateliers, le personnel de l’Unité de Coordination du Projet (UCP) et des structures parties prenantes concernées sur la prise en compte des dimensions environnementales ;
  • Mettre en place et animer une plateforme sectorielle des acteurs intéressés et impliqués dans la gestion des aspects environnementaux.
Surveillance et suivi environnemental :
  • Préparer, en collaboration avec l’équipe de la Banque mondiale, les missions de supervision en ce qui concerne les mesures de sauvegarde environnementale et sociale ;
  • S’assurer que les mécanismes de compensation sont réalisés conformément aux standards nationaux et internationaux;
  • Surveiller, suivre et évaluer la composante environnementale pour vérifier l’efficacité des mesures d'atténuation des impacts et de leur conformité aux Plans de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) par le projet ;
  • Travailler avec les bénéficiaires pour conseiller, suivre et évaluer la performance environnementale des pratiques culturales (Gestion des intrants ; travail du sol, bandes riveraines ; aménagements hydro-agricoles, etc.)
  • Veiller à l’obtention des différentes autorisations environnementales au titre des lois sur l’environnement et l’indemnisation ;
  • Veiller au respect strict de l’application sur tous les chantiers des mesures d’hygiène, de santé et de sécurité au travail.
  • Notifier, investiguer et reporter les incidents
Planification, innovation et coordination des diligences environnementales :

  • Mettre en œuvre le Plan Cadre de Gestion Environnementale et Sociale inclus dans le Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES) et le Plan de gestion des nuisibles (PGN) ;
  • S’assurer de la prise en compte de la dimension environnementale dans le Manuel du macthinggrant, le Plan d’affaires des bénéficiaires ;
  • Travailler avec le centre d’innovation technologique sur l’agriculture de conservation, test de nouvelles variétés de riz, mécanisation de la production, de micro-planage, transformation, d’irrigation, etc. ;
  • Assister le Coordonnateur et toute l’équipe de gestion du Projet dans toutes les actions de coordination intersectorielle concernant l'exécution du Projet en matière de diligences environnementales ;
  • Contribuer à l’élaboration des termes de référence des études d’impact nécessaires et autres instruments de sauvegarde supplémentaires en veillant notamment au respect des politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale ;
  • Coordonner l’élaboration proprement dite desdites études et instruments supplémentaires de sauvegarde ;
  • Participer à la mise à jour du plan de travail annuel du Projet, notamment dans la section se rapportant à la surveillance et au suivi environnemental.
9.2. / QUALIFICATIONS ET EXPERIENCE REQUISES POUR LE SPECIALISTE DES QUESTIONS ENVIRONNEMENTALES

  • Le Spécialiste des questions Environnementales doit avoir les qualifications et expériences suivantes :
  • Être titulaire d’un diplôme universitaire, niveau BAC + 5 au moins dans l’un des domaines suivants : gestion de l’environnement, sciences de la nature et de l’environnement ou tout autre domaine équivalent.
  • Avoir conduit ou supervisé au moins cinq (05) études d’impact environnemental et social (EIES) du secteur rural au cours des quinze (15) dernières années ;
  • Avoir une expérience d’au moins cinq (05) ans dans le suivi de la mise en œuvre des plans de gestion environnementale et sociale ;
  • Une expérience en pratiques culturales agroenvironnementales serait un atout.
  • Avoir une bonne connaissance de la législation environnementale camerounaises ainsi que des politiques de sauvegarde environnementales de la Banque mondiale ;
  • Avoir une expérience d’au moins (03) ans dans un poste similaire dans les projets de développement financés par les Bailleurs de fonds. Une connaissance des partenaires multilatéraux (BM et BAD) serait un atout.
  • Avoir la capacité de rédiger des rapports techniques exploitables par les Bailleurs de fonds ; Être capable de superviser et de gérer les priorités ;
  • Avoir des aptitudes en matière de négociation, d`animation et de formation des groupes diversifiés ;
  • Avoir une bonne connaissance des applications logicielles couramment utilisées et éventuellement des systèmes d’information géographique ;
  • Une expérience en matière d’hygiène et de sécurité du travail sera un atout ;
  • Avoir une bonne capacité de communication écrite et orale en français et/ou en anglais.

9.3. / DUREE DU CONTRAT DU SPECIALISTE DES QUESTIONS ENVIRONNEMENTALES

La durée du contrat sera de deux (02) ans éventuellement renouvelables sur la durée du projet. Le renouvellement ne pourra intervenir que si les états de service sont satisfaisants pour le projet et pour la Banque Mondiale. 

9.4. / CRITERES DE PERFORMANCE ET EVALUATION DU SPECIALISTE DES QUESTIONS
ENVIRONNEMENTA-LES

L’évaluation de la performance du Spécialiste Environnemental se fera annuellement sur la base d’un contrat de performance incluant des indicateurs de résultats prédéterminés ; et ce, à partir du sixième mois après la notification de démarrage et vers la fin de la période contractuelle.

10/ POSTE 6 : SPECIALISTE DES QUESTIONS SOCIALES 


10.1/ NATURE, ETENDUE DES SERVICES ET DES MISSIONS DU SPECIALISTE DES QUESTIONS SOCIALES 

Placé (e) sous la supervision du Coordonnateur de l’Unité de Coordination du Projet, il / elle sera responsable de la bonne exécution des mesures de sauvegarde sociale telles que prévues dans le document de projet. 

À cet effet, il /elle sera chargé(e) :
  • De la planification et de la coordination des activités sociales tant au niveau stratégique qu’au niveau opérationnel ;
  • Du suivi de la mise en œuvre du processus de réinstallation conformément aux dispositions retenues à cet effet ;
  • De la communication et du renforcement des capacités sur les sauvegardes sociales du projet ; - Du suivi-évaluation, de l’archivage et du rapportage de tous les aspects sociaux du projet.
Description des tâches :
Planification et coordination des diligences sociales :

  • Planifier et assurer la mise en œuvre de l’ensemble des actions proposées dans tous les documents de sauvegarde (Evaluation sociale (ES) ; Cadre de politique de réinstallation (CPR) ; Plans d’action de réinstallation (PAR) ; Plan de gestion environnementale et sociale (PGES) ; Cadre de gestion environnementale et sociale (CGES)) ;
  • Assurer le suivi et l'intégration de la dimension sociale dans la stratégie globale de mise en œuvre du projet et dans toutes études techniques complémentaires à réaliser dans le cadre du projet ;
  • Assister le Coordonnateur et toute l’équipe de gestion du Projet dans toutes les actions de coordination intersectorielle concernant l'exécution du Projet en matière de diligences sociales ;
  • Assurer la mise en œuvre du mécanisme de gestion des plaintes (MGP) et des mesures de prévention et de gestion des violences basées sur le genre (VBG) ;
  • Élaborer les termes de référence des études et autres instruments de sauvegardes sociales complémentaires en veillant à la prise en compte des exigences des sauvegardes sociales de la Banque Mondiale ; et assurer le suivi de la réalisation de ces études ;
  • Assurer l’intégration des activités de sauvegarde sociale dans le Plan de travail et de budget annuel (PTBA) du Projet et leur mise en œuvre effective chaque année ;  Participer aux réunions de coordination.
Communication et renforcement des capacités :
  • Assister le Spécialiste en communication dans l’élaboration et la mise en œuvre de la Stratégie et du plan de communication du projet afin de s’assurer la prise en compte du volet sauvegarde dans les actions de communication du projet ;
  • Sensibiliser et renforcer les capacités, au travers des ateliers, du personnel de l’Unité de Coordination du Projet (UCP) et des structures parties prenantes concernées, y compris les AUE et les groupements de producteurs, sur la prise en compte des dimensions sociales à tous les niveaux de mise en œuvre des activités du projet ;
  • Mettre en place et animer une plateforme sectorielle des acteurs intéressés et impliqués dans la gestion des aspects sociaux.

Suivi de la mise en œuvre du processus de réinstallation :
  • Assurer le suivi du processus de réinstallation / compensation tel que prescrit dans le CPR et les PAR ;
  • Assurer le suivi du processus d’attribution des parcelles dans les périmètres ;
  • Assurer le suivi de l’accompagnement des producteurs, des AUE et des coopératives ;
  • Assurer le suivi de l’aboutissement du processus de recasement dans le site de recasement où les aménagements avaient déjà été enclenchés.
  • Coordonner toute activité d’acquisition des terres en relation avec les activités du projet et superviser l’élaboration des instruments (PAR) y relatifs.
Suivi-évaluation, archivage et reporting :

Renseigner le système de suivi-évaluation du projet avec les données de sauvegarde sociale du

Projet ;
  • Coordonner l’identification des indicateurs sociaux, tâche qui exige la mobilisation de plusieurs parties prenantes et qui doit être participative ;
  • Évaluer la pertinence, l’efficacité et l’efficience de la mise en œuvre des diverses mesures sociales consignées dans les divers documents de sauvegarde (CPR, CGES, PAR, PGES, MGP, VBG) et formuler des propositions d’ajustements éventuels sur la base des contraintes en phase d’implémentation ;
  • Préparer, en collaboration avec l’équipe de la Banque mondiale, les missions de supervision visant le suivi de la mise en œuvre des mesures de sauvegarde sociale ;
  • Évaluer la mise en œuvre du processus de réinstallation et de compensation ;
  • Mettre en place un système d’archivage numérique des informations sociales du projet et de gestion des plaintes et réclamations (MGP) ;
  • Élaborer les rapports spécifiques et les rapports d’activités mensuels (projet) et trimestriels (Banque mondiale) sur les sauvegardes sociales du projet.
10.2. / QUALIFICATIONS ET EXPERIENCE REQUISES POUR LE SPECIALISTE DES QUESTIONS SOCIALES

Le Spécialiste des questions Sociales doit avoir les qualifications et expériences suivantes :
  • Être titulaire d’un diplôme universitaire, niveau BAC + 5 au moins dans l’un des domaines suivants : Sciences sociales (Sociologie, Anthropologiques) ou tout autre domaine équivalent.
  • Avoir une expérience professionnelle d’au moins cinq (05) ans dans la conduite ou la supervision d’études d’impact environnemental et social du secteur rural et le suivi des Projets de développement sur le terrain en matière environnementale et sociale ; et au moins deux (02) en ce qui concerne l’élaboration des plans d’action de réinstallation ;
  • Avoir une bonne connaissance du cadre national politique, juridique et institutionnel de la gestion sociale, ainsi qu’une parfaite maitrise des politiques de sauvegardes sociales de la BanqueMondiale, notamment la politique OP 4.12 sur la réinstallation involontaire des populations ;
  • Avoir une expérience d’au moins (03) ans dans un poste similaire dans les projets de développement financés par les Bailleurs de fonds. Une expérience avec les partenaires multilatéraux (BM et BAD) serait un atout ;
  • Avoir la capacité à rédiger des rapports techniques exploitables par les Bailleurs de fonds ; Être capable de superviser et de gérer les priorités ;
  • Avoir des aptitudes en matière de négociation, d`animation et de formation des groupes diversifiés ;
  • Avoir une bonne connaissance des applications logicielles couramment utilisées et éventuellement des systèmes d’information géographique ;
  • Avoir une bonne capacité de communication écrite et orale en français, avec une maîtrise de l’anglais. La capacité dans les deux langues serait un atout.

Toutes autres tâches jugées pertinentes par la Coordination du Projet, pour l’atteinte des objectifs de la mise en œuvre des mesures de sauvegardes sociale, et qui n’auraient pas été mentionnées ci-dessus seront exécutées par le Spécialiste Social.

10.3. / DUREE DU CONTRAT DU SPECIALISTE DES QUESTIONS SOCIALES
La durée du contrat sera de deux (02) ans éventuellement renouvelables sur la durée du projet. Le renouvellement ne pourra intervenir que si les états de service sont satisfaisants pour le projet et pour la Banque Mondiale. 

10.4. / CRITERES DE PERFORMANCE ET EVALUATION DU SPECIALISTE DES QUESTIONS SOCIALES

L’évaluation de la performance du Spécialiste des questions Sociales se fera annuellement sur la base d’un contrat de performance incluant des indicateurs de résultats prédéterminés ; et ce, à partir du sixième mois après la notification de démarrage et vers la fin de la période contractuelle.

11/ POSTE 7 : SPECIALISTE EN GENRE

11.1/ NATURE, ETENDUE DES SERVICES ET DES MISSIONS DU SPECIALISTE EN GENRE

Le ou la Spécialiste en Genre du Projet VIVA-Bénoué travaillera sous la responsabilité du Coordonnateur de l’Unité de Coordination du Projet (UCP). A ce titre, il/elle appuiera le Coordonnateur du Projet VIVA-Bénoué et le personnel technique à intégrer la dimension genre de façon systématique dans le cycle de projets (i.e. formulation, mise en œuvre et suivi-évaluation), dans la gestion administrative et financière, dans la communication et dans les atténuations des risques de violence basée sur le genre (VBG) et surtout exploitation et abus sexuel ou harcèlement sexuel (EAS/HS). Il/Elle aura pour tâches spécifiques de :
  • Assurer l'identification des risques de VBG/EAS/HS liés à la mise en œuvre du projet et élaborer les stratégies d’atténuation des risques et des mesures d’atténuation dans les instruments cadres de sauvegardes environnementale et sociale du projet ;
  • Elaborer et mettre en œuvre le plan d'action Genre et d’atténuation des risques VBG/EAS/HS du Projet VIVA-Bénoué ;
  • Développer des outils genre visant à assurer de façon efficace l’institutionnalisation du genre au Projet VIVA-Bénoué i.e. la prise en compte de la dimension genre dans la programmation, dans les procédures et le système de gestion ;
  • Assurer la mise en œuvre et la coordination des activités de prévention et réponse aux VBG ainsi que d’atténuation des risques VBG/EAS/HS, en supervisant la cartographie des services VBG dans les localités de la mise en œuvre du projet, en supervisant les contrats des prestataires et les prestations des consultants spécialistes en VBG, en assurant la mise en œuvre éthique et appropriée du MGP sensible aux VBG, en collaborant avec les autres membres de l’UCP, surtout les Spécialistes en sauvegardes environnementale et sociale, et en coordonnant les actions d’atténuation des risques prévues avec les partenaires du projet et les structures gouvernementales impliquées dans sa mise en œuvre ;
  • Faciliter la sensibilisation et le renforcement des capacités en genre et en atténuation des risques VBG/EAS/HS des acteurs nationaux impliqués dans la mise en œuvre du Projet VIVA-Bénoué ;
  • Assurer la prise en compte du genre et VBG/EAS/HS dans la gestion administrative et financière, ainsi que dans la communication du Projet VIVA-Bénoué ;
  • Assurer la prise en compte de la dimension genre dans la génération et dans la vulgarisation de technologies, en mettant l’accent sur l’implication des hommes et des femmes, les groupes vulnérables en particulier ;
  • Initier des activités spécifiques visant à promouvoir l’autonomisation socio-économique des femmes et des jeunes, les personnes vulnérables en particulier dans les filières prioritaires du Projet ;
  • Assurer, en collaboration avec le responsable du suivi-évaluation, la prise en compte du genre et VBG/EAS/HS dans le cadre des résultats, ainsi que dans tout le système de suivi-évaluation du Projet VIVA-Bénoué ;
  • Assurer la prise en compte du genre et VBG/EAS/HS dans la collecte et l’analyse de toutes les données, avec un accent particulier sur la désagrégation par sexe et par genre des données ;
  • Faciliter l’accès des groupes vulnérables aux ressources, opportunités et bénéfices du Projet VIVABénoué ;
  • veiller au respect des dispositions prévues pour les aspects du genre dans la mise en œuvre du Projet ;
  • Représenter le Projet VIVA-Bénoué aux foires agricoles nationales et internationales traitant les thématiques liées au genre ;
  • Elaborer périodiquement des rapports sur l’état de la mise en œuvre du plan d’action genre et d’atténuation des risques VBG/EAS/HS ;
  • Exécuter toute autre tâche confiée par le Coordonnateur du Projet VIVA-Bénoué pour assurer une gestion efficace de l’Unité de Coordination dans la réalisation des objectifs du Projet

11.2/ QUALIFICATIONS ET EXPERIENCE REQUISES POUR LE SPECIALISTE EN GENRE

La ou le Spécialiste en Genre doit disposer des qualifications suivantes :
  • Avoir un diplôme supérieur (au moins BAC+5) en Sciences Sociales ou équivalent dans au moins une des disciplines suivantes : Genre et développement social, Sociologie rurale, Anthropologie Sociale, Développement Rural ou des disciplines liées ;
  • Avoir au moins cinq (05) ans d’expérience professionnelle sur les questions de genre, de prévention et réponse aux VBG, du développement social et de l’autonomisation des personnes vulnérables telles que les femmes et les jeunes ;
  • Avoir une bonne connaissance de la recherche appliquée sur les questions de genre et VBG, les défis et les opportunités dans le domaine de la recherche et le développement agricole ;
  • Avoir une bonne connaissance pratique avérée des outils d’animation en milieu rural et en particulier des consultations avec les femmes, les filles et les populations vulnérables ;
  • Avoir une bonne capacité à travailler de manière indépendante dans divers environnements et circonstances ;
  • Savoir et aimer travailler dans des équipes multidisciplinaires et multinationales ;
  • Etre proactif et bien organisé ;
  • Disposer de bonnes capacités en planification et résolution de problèmes ;
  • Avoir de bonnes compétences en rédaction et édition ;
  • Maitriser les logiciels informatiques (Word, Excel, Power point, internet).
  • Avoir une bonne maitrise orale et écrite du français. La capacité d’écrire et de communiquer en anglais, et une connaissance des langues locales serait un atout.
11.3/ DUREE DU CONTRAT DU SPECIALISTE EN GENRE

La durée du contrat sera de deux (02) ans éventuellement renouvelables sur la durée du projet. Le renouvellement ne pourra intervenir que si les états de service sont satisfaisants pour le projet et pour la Banque Mondiale. 

11.4/ CRITERES DE PERFORMANCE ET EVALUATION DU SPECIALISTE EN GENRE

L’évaluation de la performance du Spécialiste en Genre se fera annuellement sur la base d’un contrat de performance incluant des indicateurs de résultats prédéterminés ; et ce, à partir du sixième mois après la notification de démarrage et vers la fin de la période contractuelle.

12/ POSTE 8 : COMPTABLE
12.1/ NATURE, ETENDUE DES SERVICES ET DES MISSIONS DU COMPTABLE

Placé(e) sous l’autorité directe du Responsable Administratif et Financier du projet, le Comptable recruté travaillera et rendra compte de toutes ses activités relatives à la gestion comptable, budgétaire et financière du projet. 

Il ou elle aura pour fonctions principales :
  • De tenir une comptabilité claire et respectueuse des normes internationales, y compris en termes de collecte, pré-imputation et saisie des pièces comptables liées à la mise en œuvre des activités de toutes les composantes du projet ;
  • D’organiser et tenir la comptabilité du projet ;
  • D’assister le RAF dans le suivi financier et comptable et la mise en œuvre effective des activités du
projet ;  D’apporter l’appui technique et méthodologique nécessaire au RAF du projet.

De façon plus spécifique, outre les tâches additionnelles que pourraient lui confier le Responsable Administratif et Financier (RAF) et le Coordonnateur du projet dans le cadre de ses fonctions, le Comptable aura la charge des activités suivantes :

Comptabilité et Trésorerie
  • Tenue à jour de la comptabilité générale, analytique et budgétaire du Projet, clôture des comptes mensuels au plus tard cinq jours après la fin du mois et clôture des comptes annuels au plus tard trente jours après la fin de l’exercice annuel ;
  • Mise en place d’un système d’archivage des pièces justificatives des dépenses garantissant la fluidité de tout contrôle a posteriori ;
  • Archivage en temps réel des pièces comptables et suivi de la remontée de toutes les pièces justificatives de dépenses effectuées par les structures déconcentrées et décentralisées de la coordination du projet au moyen des avances de fonds qui leur sont accordées ;
  • Analyse hebdomadaire des comptes et identification des éventuelles régularisations à soumettre à l’approbation du RAF du projet ;
  • Etablissement mensuel de tous les documents comptables (journaux, livres, balances, etc.) et suivi et analyse des opérations relatives à la comptabilité du projet, production des analyses mensuelles des comptes au plus tard huit jours après la fin du mois ;
  • Gestion et suivi des opérations financières du Compte Désigné (engagement, retrait, règlement, états de rapprochement bancaires) du Projet et des paiements directs ;
  • Elaboration (projet d’ordre de virement, chèque, Mise à disposition (MAD)) et suivi des procédures pour les paiements à tous les niveaux du Projet, la transmission et la prise en compte des pièces justificatives des dépenses.
Etats de gestion financière (avec respect des délais prévus dans le Manuel des procédures administratives, comptables et financières) :
  • Préparation des états de rapprochements bancaires mensuels du Compte Désigné et de tous les autres comptes bancaires éventuellement (mensuellement), au plus tard huit jours après la fin du mois ;
  • Participation à l’analyse et justification de tous les comptes en vue de l’établissement des états financiers ;
  • Participation active à l’élaboration du rapport financier ;
  • Suivi des opérations financières sur les comptes bancaires et en l’occurrence sur le compte désigné (retraits et approvisionnements) ;
  • Production périodique (mensuelle) de la balance des comptes et des journaux pour analyse.

Procédures, audit et contrôle :
  • Participation à l’actualisation du Manuel des procédures administratives, financières et comptables du
  • projet ; 
  • Respect des procédures d’éligibilité des dépenses, d’efficacité de la gestion financière et de transparence dans l’utilisation des ressources ;
  • Participation active à l’établissement mensuel des demandes de retraits de fonds (DRF) ;
  • Participation à la préparation de toute la documentation nécessaire pour l’examen trimestriel, semestriel ou annuel des plans d’exécution du projet ;
  • Participation aux missions de supervision des activités du projet effectué par la Banque mondiale ;
  • Participation à la préparation, l’exécution et la mise en œuvre des recommandations des missions d’audit interne et externe.
Acquisitions (en collaboration avec le Responsable Administratif et Financier) :
Réconciliation mensuelle du fichier des immobilisations tenues sur le logiciel comptable ;
Participation aux inventaires physiques périodiques, notamment annuels des immobilisations et des stocks du projet.

Décaissements et approvisionnements (en collaboration avec le Responsable Administratif et

Financier) : 
  • Assurer la gestion de la trésorerie ainsi que les décaissements des Fonds du projet ;
  • Préparation des demandes de retrait de fonds et toute la documentation nécessaire aux décaissements conformément aux directives de l’IDA ;
  • Préparation et suivi des demandes de paiements et/ou de remboursement ;
Tenue de la situation des dépenses non justifiées de la Coordination nationale et suivi de leur
recouvrement.
12.2/ QUALIFICATIONS ET EXPERIENCE REQUISES POUR LE COMPTABLE

  • Être titulaire au moins d’un diplôme d’études supérieures de gestion ou de comptabilité (BAC +3 minimum), ou tout autre diplôme équivalent ;
  • Avoir acquis, au cours des cinq dernières années, au minimum trois (03) années d’expérience professionnelle dans le domaine de la comptabilité au sein d’une organisation dans le secteur public ou privé ;
  • Une expérience dans un projet financé par un bailleur de fonds international, par la Banque mondiale, et/ou une expérience dans le secteur de l’agriculture seraient un atout ;

COMMENT POSTULER
Siège de l’Unité de Coordination du Projet d’Urgence de Lutte Contre les Inondations
Avis de recrutement : 08 Personnels de l’Unité de Coordination du Projet UCP VIVA BENOUE Avis de recrutement : 08 Personnels de l’Unité de Coordination du Projet UCP VIVA BENOUE Reviewed by Admin on juin 30, 2020 Rating: 5

Aucun commentaire:

Fourni par Blogger.